15/09/2019  |  5229 chroniques, 169 interviews sur foutraque  |  dernière mise à jour le 01/09/2019 à 18:56:09
    webzine
    recherche
    newsletter
    liens
    proposer
    interview
Mogwai

Salle des Fêtes de Ramonville
11 avril 2006

Après 3 ans de silence, le quintet écossais Mogwai publie son cinquième album, Mr Beast. Sorti en mars dernier, ce nouvel opus, plus rock, plus dense, plus sombre, marque un retour aux sources pour le groupe. Oubliant le son « popisant » des deux précédents albums, Mogwai est de retour et tient à le faire savoir : attention, panique chez les O.R.L.! Leur passage par Toulouse, le 11 avril 2006, fut l’occasion, entre deux parties de PSP (nouveau jouet du groupe), de rencontrer Stuart Braithwaite, guitariste/chanteur du groupe. Une entrevue à l’image de leur concert ce soir là : un peu poussive et inégalement inspirée !

Depuis sa création en 1995, est-ce que Mogwai se compose toujours des cinq mêmes membres ?
Oui, absolument : on retrouve donc une nouvelle fois Dominic Aitchison, Martin Bulloch, Barry Burns, John Cummigs et moi-même.

Pourquoi avoir appelé votre dernier album, Mr Beast ?
On l’a appelé Mr Beast après une scène à laquelle nous avons assisté dans un aéroport. Un chauffeur de taxi était venu attendre avec un panneau à la main Monsieur et Madame Beast. C’était tellement drôle qu’on a décidé d’en faire le titre de notre dernier album…Sérieusement (rires) !

Comment avez-vous rencontré Amanda Church , la jeune artiste qui a illustré la pochette de l’album ?
Je ne l’ai jamais rencontrée personnellement. Elle aimait bien notre musique et puis un jour, elle nous a simplement fait suivre des photos de ses peintures, par mail. Nous avons vraiment bien aimé son travail et nous sommes demandé pourquoi ne pas travailler avec elle. Nous lui avons alors proposé de peindre une œuvre pour la couverture de l’album.

Vous pensez que son travail colle bien à votre musique ?
Oui je pense, mais pour être honnête, je ne me pose pas cette question. J’aime bien sa peinture et je trouve le visuel de Mr Beast très bien.

Tout ça sans jamais la rencontrer ?
Non, jamais personnellement !

Pouvez-vous nous parler de votre propre label, Rock Action Records ?
Nous avons débuté Rock Action Records en 1996 pour produire le premier single de Mogwai, Tuner/Lower, puis nous avons publié la première compilation de singles de Mogwai, Ten Rapid. Après, nos autres albums sont sortis chez Chemikal Underground ou PIAS.

Votre dernière sortie sur Rock Action est le EP My father my king en 2001 ?
En ce qui concerne Mogwai, oui. Mais depuis cette époque, nous avons signé de nouveaux groupes sur ce label comme Part Chimp, Envy, Errors et The James Orr Complex

Peut-on trouver ces albums en magasins?
Oui bien sûr. Enfin, disons qu’ils sont distribués très partiellement. Le plus sûr, je pense, est de passer par le site Internet du label, www.rockactionrecords.co.uk

Quelque mots sur Tetsuya Fukagawa, leader de Envy, invité, en compagnie de Graig Amstrong, sur I chose horses, 9ème titre de l’album ?
Envy, le groupe de Tetsuya Fukagawa, est un groupe de hardcore japonais signé sur Sonzai Records et distribué en Europe via notre label Rock Action Records. Mais Tetsuya Fukagawa, c’est surtout un des nos amis depuis quelques temps déjà. Nous lui avons demandé de venir chanter sur cet instrumental parce que nous aimons beaucoup sa voix et sa manière de chanter. Et puis on aimait bien l’idée d’un texte japonais sur ce titre.

Mais Envy c’est vraiment un groupe de hardcore ?
Ouais, ça ne fait aucun doute. Même si sur ce titre sa voix est plutôt posée, Envy c’est du lourd ! Franchement j’aime bien ce qu’ils font. Comme hardcore, c’est très bon…

Pourquoi vouloir toujours jouer de plus en plus fort en live ?
Ah, je crois que c’est juste une manière de jouer qui nous convient parfaitement et qui nous apporte beaucoup de plaisir. Pour nous c’est très satisfaisant (rires) !

Quand vous avez enregistré cet album dans votre propre studio, Castle of Doom, vous êtes-vous senti plus à votre aise ?
Ouais, et comment, parce que nous n’avions pas trop de pression. Vous savez, être propriétaire du lieu où vous devez enregistrer un album, ça fait une différence énorme. Vous êtes en mesure de travailler quand bon vous semble, sans exagérer bien sur, mais vous avez aussi la possibilité d’enregistrer encore et encore des trucs pour d’arriver à ce que vous voulez vraiment produire. Ça, c’est génial ! Jamais on aurait eu autant de liberté dans un studio d’enregistrement classique !

Combien de temps vous a pris l’enregistrement de cet album ?
6 mois !

Aviez-vous déjà enregistré un autre album ou single dans ce studio ?
Oui, on y avait enregistré la musique pour la bande son d’un film sur le football français et Zinédine Zidane en février dernier.

Vous souvenez-vous du nom de ce documentaire ?
Je crois qu’il s’appelait Zidane, a twenty first century portrait. Je n’ai aucune idée du titre français mais il ne doit pas être très différent du titre anglais. Normalement, ça doit sortir pour la Coupe du Monde de foot, je crois (ndr : le film sortira en France le 24 mai 2006).

Avez-vous pensé travailler pour le cinéma ?
Oui, c’est quelque chose que nous envisageons depuis pas mal de temps déjà.

Des gens vous ont-ils déjà demandé de travailler pour eux ?
Oui, on a reçu quelques coups de fil..

C’est plutôt une bonne nouvelle !
Pleine d’espoir effectivement !

Le cinéma reste-t-il toujours une source d’inspiration pour votre musique ?
Pas seulement pour notre musique. Je crois que c’est comme une drogue, je mate plein de films : des films d’horreur classiques comme les films des studios Hammer, ou tous les trucs italiens des années 60 et 70. Ces mecs étaient de vrais malades (rires). Des films de kung fu… Sinon, le dernier que j’ai vu en salle, c’était Munich… J’ai bien aimé, ouais…

Que pensez-vous des gens qui trouvent que votre musique est mélancolique ?
Je pense que c’est bien qu’une musique soit quelque peu mélancolique, alors je ne peux qu’être d’accord avec ça ! J’aime beaucoup la musique triste, donc pour moi, dire que Mogwai est mélancolique, c’est un compliment !

Il y a des groupes ou des musiciens dont la musique, très contemplative, vous touche particulièrement ?
J’aime Leonard Cohen, Smog et pas mal d’autres musiciens torturés. Qu’importe le style, du moment qu’il soit triste ou plutôt introverti, enfin du moment qu’il vous fasse réfléchir !

Mais avec Leonard Cohen ou Smog, on est très loin des musiciens à grosses guitares !
Si vous voulez parler de gros son, récemment, j’ai beaucoup aimé le dernier album de Sunn O))). Mais, vous savez, je n’aime pas toutes les musiques bruyantes et surtout je n’aime pas uniquement ça (rires) !

Ah oui, j’oubliais, vous aimez aussi le piano !
Ouais le piano, c’est vraiment bien, aussi. On en a glissé un peu dans le dernier album… Je suis heureux de voir que ça s’entend. J’espère seulement que l’on en a pas trop mis (rires). Les gens vont croire qu’on vieillit (rires) !

Est-ce que vous arrivez à vivre actuellement de votre musique ?
Oui, nous arrivons à en vivre depuis maintenant neuf ans, ou quelque chose comme ça. C’est donc un réel avantage. Nous en somme très fiers !

Pourquoi avoir raccourci les morceaux pour votre dernier album ?
C’est simplement, je pense, parce que ça sonnait mieux sous ce format, ça semblait avoir plus de sens pour la musique que nous produisions à cet instant. A moins que ce ne soit à cause de notre âge avancé : nous n’avons plus la patience de jouer aussi longtemps qu’à nos débuts (rires) !

En live, continuez-vous à jouer de vieux titres période Young Team ?
Oui, ça nous arrive. Nous avons pour habitude de jouer une moitié de nouveaux titres et une autre de titres plus anciens.

Quels sont vos titres préférés de Mogwai ?
Euh… J’adore Mogwai Fear Satan et … Hunted by A Freak… Ce sont incontestablement mes deux préférés !

Pourquoi ces deux titres ? Ils sont plus bruyants ?
Oui, probablement. Mais surtout, ils sont très faciles à jouer (rires).

Continuez-vous à jouer cette fameuse reprise d’un groupe de hard rock des 80’s, Manowar ?
Ah oui, l’introduction seulement de ce morceau… Mais ça fait pas mal de temps qu'on ne l’a pas refait… C’est vrai que c’était franchement drôle, on la jouait souvent avant Christmas Steps, non ? C’était bon ça (rires) !


A lire également, le compte rendu d'un concert de Mogwai donné à Clermont-Ferrand le lendemain de cet entretien.

www.mogwai.co.uk
www.myspace.com/mogwai

auteur : Lamiricoret - lamiricoret@yahoo.fr
interview publiée le 16/04/2006

Partager


    foutraque
      
      
l'association  |  devenir partenaire