21/11/2017  |  4911 chroniques, 162 interviews sur foutraque  |  dernière mise à jour le 20/11/2017 à 16:13:07
    webzine
    recherche
    newsletter
    liens
    proposer
    concert foutraque
Cubenx (Mexique / shoegaze-electronica) + Minimal (Electro-pop) + Mix de COLT SIVERS

jeudi 15 décembre 2011
20h

sur place : 7 et 5 euros (étudiants, chômeurs). Préventes : 5 € (Le Laboratoire)

Connexion Café - 8 rue Gabriel Péri 31000 - Toulouse

L’association foutraque en partenariat avec la centrifugeuse a le plaisir de fêter l’année du Mexique en France avec la venue de Cesar Urbina plus connus sous le nom de Cubenx, jeune artiste de Guadalajara à découvrir absolument. Repéré par le label lyonnais Infiné, il vient défendre un nouvel album (« On your own again ») sur les routes européennes (notamment aux Transmusicales de Rennes). Sur scène, Cesar sera accompagné par Fredo Nogueira (Telefon Tel Aviv, L’Altra et Apparat). La première partie sera assurée par le groupe toulousain Minimal. Et la soirée se terminera par un mix de Colt S.I.V.E.R.S (Boudoir Moderne)

//////////////////////////////////////////////////////////////

Bios :

CUBENX :

cubenxweb.jpg

Après un album « The Cold Swells » en 2008 sur le label mexicain Static Discos et une collection de titres sortis sur les net-labels, Synergy Networks, Cyan et I Need It, le jeune mexicain Cesar Urbina aka Cubenx, alors âgé de 27 ans se fait repérer à travers l’un de ces morceaux « Glandula », un titre de Techno épique et émotionnelle. Il attire notamment l’attention d’Alexandre Cazac et d’Agoria, du label InFiné. Après deux maxis (Glándula en 2007 et Can’t Throw A Stone en 2008), InFiné devra pourtant attendre 2011 avant de sortir le premier album. Entre temps, Cubenx a voyagé en Europe, s’est installé quelques mois à Berlin, est tombé amoureux plusieurs fois de jeunes femmes européennes avant de retourner au Mexique le cœur brisé. Lors d’une escale entre New York et la Belgique, l’Ipod de Cesar en mode shuffle s’est mis à jouer « On Your Own Again » de Scott Walker. Une ballade, chargée d’émotion à laquelle le garçon s’est spontanément identifié et un électrochoc, qui marque le début de l’enregistrement de son album. Pour autant, Cubenx devra faire fasse dès son retour au Mexique, à de nombreux obstacles, incluant une nouvelle petite amie, et quatre déménagements entre Puerto Vallarta et Guadalajara, avant de trouver un job à même de subvenir à ses besoins de clubber invétéré. Mais un nouveau facteur a contribué à ralentir la maturation de son album. Cesar confiait alors que le temps avançait, qu’il souhaitait prendre ses distances avec la musique de club, et travailler sur l’écriture de véritables chansons, avec d’avantage de voix et de vrais instruments. Cette nouvelle orientation donnera lieu à une tapisserie fertile aux consonances électroniques, rapprochant ses productions plus près du post-punk anglais (« These Days » et « Sun Dried ») du shoegaze (« Locked ») que de la la Techno lumineuse à l’anglaise avec laquelle il avait fait ses armes. Des morceaux tels que « Adrift At Sea », « Sierra Madre » et « Lovebirds » conservent certes la marque de fabrique de Cubenx, un sound design foisonnant et une dynamique léchée, mais ils s’étalent sur une palette musicale bien plus large qu’à ses habitudes. Finalement, seul « Wait & See » semble vraiment être taillé pour les pistes de danses. Mélodique et bien balancé, le morceau, sorti en maxi cet été, a déjà trouvé sa place dans les sets des DJ, entre les classiques sortis chez Kompakt. Les morceaux d’On Your Own Again ont également en commun, cette teinte psychédélique, résolument mexicaine. Sur les parties acoustiques de « Sueña Con Venados » (en français dans le texte, rêve avec les cerfs) et « Mist Over The Lake », l’auditeur se laisse porter par une guitare shamanique vers les vastes étendues du désert mexicain. Avec « Grass », Cesar nous narre sur fond de piano une expérience interdite et psycho-active, sous l’effet de Salvia Divinorum, une quête interdite de non-spiritualité charnelle inspirée par les psychomagiciens sud américains comme le cinéaste chilien Jodorowsky. Une décharge émotionnelle désarticulée encore d’avantage exposée sur « Noir », une pièce instrumentale atonale et contemplative empreinte de songeries cosmiques et de psychédélisme. Own Your Own Again marque également avec « These Days » la première collaboration de Cubenx avec le musicien et chanteur de Chicago, Alfredo Nogueira, un proche collaborateur de Telefon Tel Aviv, L’Altra et Apparat. Mais aussi, de Francisco Rosas, avec qui il partage le projet downtempo, Flight Attendants. Ensemble, ils ont co-écrit “Sierra Madre” et travaillé sur les guitares de “Sueña Con Venados”. Avec On Your Own Again, Cubenx est arrivé à l’âge de la maturité. Ses pulsions créatrices ont su rencontrer la tonalité de sa propre voix, tout en gardant les éléments kaléidoscopiques et majestueux qui caractérisaient ses premiers exercices en club. Avec de telles envies, nul ne doute aujourd’hui que le panorama musical de César devrait s’élargir à l’avenir à des horizons bien plus vastes encore.

Plus d’infos : www.myspace.com/cubenx - http://soundcloud.com/cubenxhttp://www.infine-music.com/artist/5/cubenx

MINIMAL :

minimal_pic_3.jpg

Ce Projet Duel entamé en juin 2008, se nourrit des compositions musicales et expériences video/graphiques d'ECHO et ZEU (Armand et Béatrice Rougier). Depuis sa création, Minimal à contribué à plusieurs compilations, notamment pour le label toulousain Winter Records et le label américain Series II Records. Après quelques apparitions sur les scènes toulousaine et bordelaise, et la réalisation d'une démo 14 titres, Minimal se consacre à la sortie d'un LP. En Live le duo se transforme en trio avec la collaboration d'Olivier Subra.

Plus d’infos : http://minimal.bandcamp.com/ - http://www.myspace.com/atomicfrench





    foutraque
      
      
l'association  |  devenir partenaire