17/11/2019  |  5266 chroniques, 169 interviews sur foutraque  |  dernière mise à jour le 16/11/2019 à 16:22:04
    webzine
    recherche
    newsletter
    liens
    proposer
    chronique concert
Be My Weapon/Swell, The Sleeping Years, The Two

La Maroquinerie (Paris)
lundi 2 novembre 2009

Encore un bon moment à la Maroquinerie à Paris : après Micachu & The Shapes la veille, c’est le plateau Talitres Records avec Be My Weapon/Swell et The Sleeping Years (+ The Two en première partie) qui a permis de passer une captivante soirée entre folk, pop et rock, et ce malgré une assistance assez confidentielle et quelques aléas…

The Two, Duo folk/pop gentillet…

Nous passerons assez vite sur la prestation de The Two en tout début de programme : un duo folk/pop mixte et gentillet de plus, alors qu'il y a déjà les très populaires Cocoon, pourquoi essayer de faire la même chose (en moins bien en plus !) ? Mystère ! Les deux musiciens (un chanteur/guitariste, une chanteuse) savent jouer sur scène, mais leurs voix sonnent trop FM et travaillées, les morceaux ne sont pas passionnants et les textes sont assez insipides ("I'm twenty two and I'm feeling blue... "). On s’ennuie ferme donc…

The Sleeping Years, Beau et passionnant.

Peu de temps après ce sont les Anglais de The Sleeping Years qui investissent discrètement les planches de La Maroquinerie… Le public s’est assis en arc de cercle sur les marches de la salle, laissant un vide béant devant la scène, ce qui ne doit pas être très agréable pour le groupe.

Toujours est-il que la prestation habitée, simple et inspirée de Dale Grundle (ex Catchers) & co fait extrêmement bonne impression : les musiciens sont doués pour créer des ambiances prenantes avec une voix, une guitare sèche, un piano, un violoncelle et une batterie et ils interprètent des morceaux superbement bien écrits. Dans la veine de Nick Drake (ces arpèges et cette voix bouleversants... ), The Notwist (sans le côté électronique) ou The Cure (versant pop songs à la guitare sèche). En toute simplicité, sans chercher à faire les malins ou à amuser la galerie, The Sleeping Years se "contentent" de jouer leurs morceaux avec foi, concentration et talent. C’est beau, passionnant et donne envie de continuer à suivre de près cet excellent groupe.

Be My Weapon/Swell, "Kind of blue…"

On pensait que la date - très peu courue - de Clermont-Fd était une exception et que le public allait être au rendez-vous donné par Be My Weapon/Swell à la Maroquinerie, et bien non, peu de gens se sont déplacés… Dur de changer de nom et de continuer à faire de la musique après une carrière bien remplie. On préfère désormais les groupes hype du moment… C’est assez désespérant. Cela dit, le concert de Be My Weapon - devant un public toujours assis ! - n’était pas non plus exceptionnel au point de dire "les absents ont eu tort".

Si David Freel a toujours la classe vocale et si ses morceaux sont toujours envoutants, il faut avouer qu’il apparait désormais bien fatigué : son jeu de guitare est parfois approximatif - il se trompe d’accord en plein milieu de la chanson et ça ruine un peu tout - et il semble parfois bien loin (comme son guitariste d’ailleurs). Malgré les aléas de la tournée (très longue !) et les petits "défauts" inhérents à tout live (un son souvent à la limite du larsen), en ce soir de pleine lune sur Paris on peut néanmoins planer sur de nombreux morceaux du répertoire de Swell ou de Be My Weapon.

Et le trio a la bonne idée de jouer Sunshine Everyday sans trop le massacrer, ce qui fait énormément plaisir… Au début du morceau, Mr Freel donne une petite indication à l’éclairagiste : "The mood is kind of blue…". Oui c’est exactement ça, la musique de Be My Weapon/Swell nous met un léger vague à l’âme ou nous plonge carrément dans un blues saisissant. En un mot, elle nous fait décoller vers la planète bleue de la douce mélancolie. Et ce d’autant plus que ce concert d’une heure de Be My Weapon se termine un peu en queue de poisson, David Freel se cassant l’ongle avec lequel il joue de la guitare… Décidément, ce n’est pas la grande forme actuellement. Dehors, la (pleine) lune brille sur la rue Boyer et les mélodies insidieuses de Swell sont toujours en tête.

Sites internet : www.myspace.com/thesleepingyears, www.myspace.com/bemyweapon, www.swellsongs.com, www.myspace.com/swelltheoriginalone, www.talitres.com, www.myspace.com/talitres, www.myspace.com/lamaroquinerie.

Photos du concert par Flore-Anne Roth.




auteur : Pierre Andrieu - pierre@foutraque.com
chronique publiée le 12/11/2009

Partager


    foutraque
      
      
l'association  |  devenir partenaire