24/07/2019  |  5213 chroniques, 169 interviews sur foutraque  |  dernière mise à jour le 22/07/2019 à 18:42:40
    webzine
    recherche
    newsletter
    liens
    proposer
    chronique festival
Jazz à Luz - samedi 8 juillet

2006

No Try No Fail, Lauren Newton, Limousine...

Luz Saint Sauveur (France)

du : samedi 8 juillet
au : mardi 11 juillet
Avant d’assister à la 16ème édition du festival Jazz à Luz, une question me taraude l’esprit : « Est-ce que je pourrai voir la finale de la Coupe du Monde de football France-Italie sans rater le concert de Speeq ? ». Je dus attendre le discours du président du festival Jean-Pierre Layrac pour être rassuré. En décalant les concerts du dimanche soir pour permettre aux passionnés de foot et de musique de ne rater aucun des deux rendez-vous, le festival Jazz à Luz montrait encore une fois sa capacité à allier culture populaire et culture plus « pointue », plaisir et réflexion. Tout cela construit la force du festival et permet à ce dernier à être bien ancré dans le très chouette village de Luz Saint-Sauveur.
Notre premier spectacle de la journée en est la preuve vivante : la nouvelle création musicale d’André Dion est composée de bruits récoltés par des enfants de Luz. Cette véritable carte postale sonore est mise en valeur par l’accompagnement de deux chanteurs occitans. Malheureusement, le lieu (Place Saint-Clément) et l’heure choisie pour ce spectacle ne permettent pas de l’apprécier à sa juste valeur. Le soleil tape trop et m’envoie à la terrasse ombragée la plus proche afin de me rafraîchir.
Creation musicale d'André Dion

Création musicale d'André Dion


Plus les années passent, plus le concert d’inauguration est meilleur. Cette année, les festivaliers ont eu la chance de pouvoir écouter gratuitement (et un verre traditionnel de Madiran à la main !) le trio parisien Limousine. Plus proche du post-rock que du jazz, la musique du trio nous procure plein d’images et pourrait accompagner parfaitement le Paris-Texas de Wim Wenders à la place de Ry Cooder. Autour du batteur David Aknin, véritable épine dorsale du groupe, on apprécie les interventions de Laurent Bardainne (saxophone ténor) au clavier et les sons distordus de la guitare de Maxime Delpierre, à l’image de la montée en puissance du morceau Lila qui fait frémir d’extase une partie du public.
Limousine

Limousine


Jazz à Luz est aussi un festival qui privilégie la création, les rencontres et les échanges. Pour la première fois, le trio No Try No Fail invite la chanteuse Lauren Newton. Ce qui frappe avant tout c’est la cohésion totale entre les musiciens, un dialogue cohérent pour un discours totalement improvisé. Seule la contrebassiste Joëlle Léandre se permet quelques échappées en solitaire. On la voit couchée sur son instrument, le prenant à plein le corps pour ne pas qu'il s’échappe, vu que, parfois, elle le maltraite. Elle donne aussi de la voix en éructant quelques paroles gutturales dont notamment un « Allez les Bleus ! » de circonstance. Lauren Newton à son tour scande, crie, soupire et sa gestuelle est proche du hip-hop. On n'est jamais loin de la philosophie du slam. Qu’on aime ou qu’on n'aime pas, on sent que la démarche est sincère. Une partie du public trouve la prestation un peu courte. En improvisation, la notion du temps est floue.
No Try No Fail

No Try No Fail



Souvent, à Jazz à Luz, la deuxième partie au Verger permet d’évacuer le choc cérébral et sonore du concert précédent. On ne demandera pas plus à la fanfare des Pouilles (Italie du Sud) que de nous faire danser. Ces onze musiciens sympathiques (comme une équipe de foot) nous feront plus plaisir que la Squaddra azzura du lendemain.
Association culturelle et musicale municipale balcanica

Association culturelle et musicale municipale balcanica


Pour la fin de soirée aux voûtes, on est accueilli par un morceau d’Add N To (X) servi par la bonne sélection du Doctor Livingstone. La prestation foutraque de Tappeto Tracy montre la bonne tenue de la scène paloise. Leur free-rock teinté de musiques de l’Est dégage une énergie folle. Malheureusement, mon corps et une vieille blessure au genou m’empêchent d’aller au bout de la soirée. De toute façon, il nous reste encore deux jours d’étonnement sonore !
Tappeto Tracy

Tappeto Tracy



(Photos de Nicovara).


www.jazzaluz.com
www.afijma.asso.fr/actions/jazzmigration/groupes/limousine.htm

auteur : Nicovara -
chronique publiée le 30/07/2006

Partager


    foutraque
      
      
l'association  |  devenir partenaire