19/10/2019  |  5245 chroniques, 169 interviews sur foutraque  |  dernière mise à jour le 16/10/2019 à 17:52:45
    webzine
    recherche
    newsletter
    liens
    proposer
    interview
Zenzile : Radio libre




Après plus de 20 ans d’activités, le groupe angevin Zenzile est revenu en 2018 à ses fondamentaux sur l’album « 5+1 Meets Jay Ree »: la musique dub et roots. Le résultat est une belle réussite musicale qui nous a donné envie de leur poser quelques questions. Le bassiste Matthieu Bablee a eu la gentillesse de prendre du temps pour nous éclairer sur le remède de la longévité sans faille de Zenzile.

Cela fait plus de 20 ans que le groupe existe. Respect ! C’est quoi le secret de votre longévité ? Sachant que 20 ans c’est - pour moi - le plus bel âge de notre passage terrestre.
J’aurai pour ma part un brin de nostalgie pour nos premières années parce que le mot d’ordre de l’époque était l’insouciance. C’est une période à présent révolue. Mais notre secret est qu’en même temps nous sommes restés les mêmes (branleurs) : d’éternels ados qui aiment plus que tout, se retrouver et jouer en live ou dubber derrière une console. Côté finance, notre méthode a toujours été, de partager équitablement le fruit de notre travail quel que soit la place de chacun dans le processus de création.

Si c’est possible en quelques phrases, quelles ont été les grandes étapes décisives (positives et négatives) qui ont fait évoluer le groupe pendant ces 20 années ?
Les grandes étapes sont liées à la présence et au départ de certains membres du groupe. Il y a eu les débuts avec Jaja, notre premier guitariste et producteur (Dub Promozione, Sachem) puis l’arrivée de Scott pour le remplacer à la guitare (Soundpatrol, 5+1 Jamika, Totem, 5+1 Jean) et enfin Alex qui remplace Scott depuis Modus Vivendi. Ces quelques changements ont influencé notre musique, nos rapports au sein du groupe. Il y a toujours un temps d’adaptation ; surtout chez Zenzile ! Et puis évidemment, la rencontre avec Jamika en 98 a été importante comme celle de Guillaume Bourreau notre premier manager. C’est lui qui nous a poussés vers une collaboration avec des musiciens maliens en 1999 ! Voyage à Bamako, etc

Vous êtes un groupe d’Angers. Votre musique de base est le dub. Par quelle magie, hasard de circonstance, un groupe du Maine et Loire se met à jouer du dub ? Il y avait un bon réseau pour trouver de l’herbe entre les pieds de vignes ?
A l’origine, Zenzile s’est formé autour deJaja, Werner et moi-même. Notre pedigree commun était le punk et le reggae, Clash, Ruts, Bad Brains, Fugazi, Adrian Sherwood et son label On U Sound. Ces références étaient partagées par beaucoup de groupes de la scène alternative : Mano Negra, Ludwig von 88, Les Brigades, Nuclear Device . Sinon, on trouve de tout entre les pieds de vignes !

Vous vous êtes rencontrés comment ? Quel était l’état du dub à Angers en 1996 ? Car la ville est plutôt orienté rock, avec le magasin et le label Black & Noir, des groupes comme Les Thugs, Les Dirty Hands, le Casbah Club etc.
Le projet initial n’était pas de faire des concerts mais de produire des instrumentaux à dubber en studio. On voulait jouer les apprentis sorciers, on tripait sur Lee Perry et on voulait notre « Black Ark » à nous ! Puis Vince (claviers) et Raggy (sax) nous ont rejoint. Ils venaient d’une autre sphère musicale : hip hop, jazz, black music. Le groupe s’est fédéré autour d’un bar, Le Louisiane, d’une salle et ses locaux de répétitions, Le Chabada et d’un magasin de disques, Back & Noir. C’était notre sainte Trinité ! Bières, Concerts et Vinyles ! Angers a été, est et restera une ville rock et c’est très bien comme ça ! Le fait de croiser en ville Eric (des Thugs) avec sa Gibson qui allait répéter en sortant du magasin (sans passer par le bar !), en mode « peinard », ça m’a marqué et donné envie de faire pareil (le bar en plus !).

Justement vos rapports avec la scène rock c’était « peace & love » ou « love & hate » ? Sachant qu’en même temps vous vous caractérisez aussi par le son d’une basse souvent bien rock, dans la lignée des Clash.
Nous avions de très bons rapports avec la scène rock, pour la simple raison qu’une bonne partie du groupe en faisait partie ! Perso, le suicide de Kurt Cobain m’a vraiment navré (style : No Future pour les punks rockers malgré ou à cause du succès…) et j’ai décidé d’opter pour le côté plus fun et moins obscur de la musique. Le dub correspondait bien à mes aspirations : groove, danse mais aussi de la place pour des clins d’œil au rock et au punk. Tu peux t’amuser à les chercher, y en a un paquet dans nos morceaux !

Quels sont les concerts dub et Sound system qui vous ont déchirés les neurones et chargé votre esprit de bons souvenirs ? Des noms ?
Mad Professor & Lee Perry, Audioactive et la soirée On U Sound des Transmusicales, Abashanti, Iration Steppas, Zion Train, Tikiman, Yellowman, Israel Vibration et Roots Radics et Black Uhuru avec Sly et Robbie entre autres.

Pendant ces 20 années, vous n’avez pas joué que du dub, vous avez exploré des styles divers (post rock, BO de films, électro, trip hop) c’était nécessaire pour la survie du groupe ou était-ce juste lié à l’envie d’expérimenter de nouveaux sons ?
Nous sommes de grands fans de musiques avant tout. On achète beaucoup de disques, vieux ou récents dans tous les styles. Cette curiosité influe sur notre musique. Les changements de personnel affectent aussi le groupe. Alex (actuel guitariste), est fan de rock (post punk, new wave, krautrock..), et a contribué à orienter notre son à certains moments. Mais je reconnais que le Dub « à la Zenzile » est le style qui nous va le mieux !

Vous avez illustré la bande son du film muet Berlin. Pourquoi le choix de ce film ? Que représente la thématique de ce film pour vous ? D’autres projets de ciné concerts en vue ? Si oui, des noms de films (hormis bien sûr Le cabinet du docteur Caligari, votre toute première et belle expérience de ciné-concert !) ?
Nos ciné-concerts sont montés en association avec le festival Premiers Plans d’Angers. Nous avions choisi « Le cabinet du Dr Caligari » parce que c’est un chef d’œuvre esthétique, visuel et que le scénario est ultra moderne. Nous avons enfoncé le clou côté expressionisme allemand avec « Berlin, symphonie d’une grande ville ». Perso, je suis fan de Berlin depuis longtemps mais à l’époque du film, en 1927, c’était complètement différent. Berlin était comparable à Paris (années folles). Il ressort du film, une dynamique liée au rythme de la ville, à son urbanité. Du coup, ce fut assez simple de créer la musique car la pulsation était déjà là, dans le rythme des images. On s’est ensuite attaché à reproduire des ambiances liées au Zeitgeist berlinois : kraut, prog, électro, dub, indus. Nous n’avons pas d’autres ciné-concerts en préparation.

L’album Eléments que vous avez sortie en 2017 est assez atypique dans votre discographie, car il sonne plus commercial. Pourquoi ce virage, vous groupe indé « intègre » ?
Je ne trouve pas qu’il sonne plus commercial, nous avons toujours mêlé instrumentaux et morceaux chantés. Sur « Elements », nous avons collaboré avec Zakia, jeune chanteuse avec une très belle voix. Nous avons composé en fonction de cela, mais « Elements » n’est pas si éloigné de « Berlin » musicalement. Quant à notre intégrité, on la renforce plutôt en sortant ce genre de disque, en prenant des risques à nouveau.

En 2018, vous revenez à vos fondamentaux avec l’album 5+1 et sa belle pochette un peu Blue Note. Pourquoi ce retour au dub ?
Parce qu’on en avait sincèrement envie ! Le format « 5+1 » était parfait pour l’exercice « Showcase » : une chanson et son dub.

Vous retrouvez Jayree. Comment s’est passé l’enregistrement avec lui ? Considérez-vous avoir désormais un chanteur attitré avec Jayree ou pensez-vous toujours faire intervenir Jamika ou Sir Jean (chanteur du groupe Mei Tei Sho) ou voire même sur certains titres de nouveau Winston McAnuff ?
Jay Ree est l’homme de la situation. Il navigue à travers quantité de styles liés à la black music, avec aisance et goût. On envisage aussi de retravailler avec les noms sus-cités auxquels on peut ajouter Paul St Hilaire (aka Tikiman) qui est une de nos rencontres dont on est le plus fier !

Avez-vous la sensation d’avoir plus d’échos et de retour du public avec ce grand retour aux fondamentaux du Dub ? Est-ce que ça génère plus de dates dans les salles de concert et dans les festivales ?
Qualité ou quantité ? Honnêtement, je ne peux parler que de l’accueil du public et des organisateurs lors de nos concerts cet automne. C’était chaleureux, convivial et touchant. Je pense qu’un concert de Zenzile est un moment où il se passe toujours quelque chose en lien avec le lâcher-prise ; chose de plus en plus rare, de mon point de vue. Côté concerts, nous travaillons avec Mélodyn, notre nouveau tourneur, qui bien que n’étant pas branché dub et reggae fait du très bon boulot avec nous.

Pensez-vous que le Dub est encore une forme musicale qui touche les nouvelles générations ? Car on dit que les jeunes sont aujourd’hui fondus de hip-hop et de techno. (ref. voir l’affiche de Rock en Seine 2018).
Nous avons tous entre 40 et 50 piges. Je ne vois pas les choses, et surtout la musique, en terme de génération. Il y a la bonne musique et la mauvaise musique, point barre. Qu’elle soit jeune, vieille, blanche, noire, jaune, lente, speed, commercial, indie, on s’en cogne : est ce que ça provoque quelque chose de l’ordre de la danse, de la tristesse de la réflexion, du bien-être ? Voilà ce qui nous importe !... A nos concerts, le public qui nous suit encore est vieillissant, comme nous ! Mais on y croise 3 générations de public, style : grands-parents, enfants et petits-enfants ! Ça fait super plaisir ! Tant pis si ça fait pas branchouille !

Après ce retour au dub, pensez-vous encore tenter d’autres expériences musicales comme, par exemple, l’album rock avec David Alderman et Carole Gola « living in Monochrome », l’intervention de musicien comme Vincent Segal sur certains titres ou voire même de nouveau une rencontre avec des musiciens maliens ?
On ne s’interdit rien, mais pour l’instant, on va creuser le sillon dub culture, pourquoi pas, métissé par de nouvelles aventures africaines ! Je tiens quand même à rappeler qu’on a fait notre projet Zenzile/Mali en 1999, bien avant que cela devienne une mode.

Une des particularités du groupe est que vous avez chacun plusieurs formations musicales, comment arrivez-vous à concilier les calendriers des dates programmées pour Zenzile avec celles des formations annexes (Delta pour Vince, Sweet Back pour Raggy, Last band in Town pour Matthieu Bablée, DJ pour Jean-Christophe etc.) ?
C’est une putain de tragédie ! (rires) Sérieusement, c’est un peu compliqué mais pas impossible. Cela nécessite surtout une bonne coordination et une bonne communication entre nous et nos partenaires (tourneurs, management) Et puis, c’est un bon moyen de changer d’air quand ça pue trop des pieds dans le camion de Zenzile.

Merci pour l’aide éclairée d’Emmanuelle Monsallier

Chronique de l’album 5+1 Meets Jay Ree ici

Photo en intro « Zenzile meets JayRee » de Vincent Fribault

www.zenzile.com/
fr-fr.facebook.com/zenzilemusic/
www.youtube.com/watch?v=5LBnEPY18po

auteur : Paskal Larsen - pjulou@free.fr
interview publiée le 23/01/2019

Partager


    foutraque
      
      
l'association  |  devenir partenaire